Collaboration, transparence et imputabilité : « Longueuil, une démocratie des années 50 ! » - Xavier Léger

Longueuil, 18 avril 2018 – Le chef de l'opposition Xavier Léger constate un déséquilibre marqué des pouvoirs et responsabilités entre les élus du Conseil municipal et le Comité exécutif à Longueuil, une tangente dangereuse pour la santé démocratique à Longueuil.

« La mairesse ne peut se soustraire aux principes démocratiques et se réfugier derrière des technicalités ou des zones grises d’ordre juridique pour contourner le conseil municipal. Les huit dernières années laissent en héritage une concentration marquée de pouvoir au niveau du Comité exécutif, et ce au détriment du Conseil municipal. Un réel recule en démocratie, alors que des municipalités sont plus innovantes. », de mentionner le chef de l'opposition.

Celui-ci poursuit en indiquant que des dizaines de millions de dollars de dépenses pourraient ainsi être décidés ailleurs qu'au Conseil de ville sans même que les élus du Conseil aient la capacité de pouvoir intervenir dans la prise de décision. Une situation que nous avons récemment portée à l'attention du ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, dans le cadre d'une correspondance le 6 avril dernier.

UN HÉRITAGE PEU RELUISANT
Xavier Léger déplore que les incongruités s'accumulent depuis 6 mois. On a qu'à penser à l'entente négociée avec les cols blancs qui a été entérinée par le conseil d’agglomération sans être préalablement soumise à l’approbation du conseil municipal de Longueuil. Pourtant, en 2010, la convention collective des cols blancs avait été adoptée au conseil municipal. Ou encore celui de la fourniture et la distribution de  bacs roulants pour les matières organiques, où on demande aux élus de voter pour le passage à la phase 2 du projet-pilote sans leur fournir toute l'information pertinente à une prise de décision rationnelle, dont l'accès aux résultats complets du sondage et les zones où seront déployés les bacs. 

Le chef de l'opposition s'inquiète des impacts de cette concentration du pouvoir : « La mairesse continue de jouer en solo pendant que des millions de dollars sont dépensés. Depuis 6 mois, nous avons gardé le cap sur nos engagements, et proposé des solutions concrètes pour les citoyens et jeté les bases d’un changement de culture positive à l’hôtel de ville. Nos actions ont permis d’accroître le rôle des élus, tout en visant à favoriser une plus grande participation des citoyens sur les enjeux qui les touchent de près. Mais encore trop de décisions à Longueuil se prennent derrière des portes closes au Comité exécutif où les élus de l'opposition sont mis devant les faits accomplis. Une situation qui doit changer pour le bénéfice des citoyens. Il est plus que temps que Longueuil se mette au parfum des tendances démocratiques. », d'indiquer le chef de l'opposition.

BUDGET DU CABINET DE LA MAIRESSE
La mairesse est toujours aux abonnées absents pour ce qui concerne la transparence, alors qu'elle refuse toujours de rendre publique les dépenses de son Cabinet malgré les demandes répétées de l'opposition. « Cela fera bientôt une année que nous demandons de rendre publique les dépenses du Cabinet de la mairesse. Nous avons déposé le mois dernier un avis de proposition, le point aurait dû figurer à l’ordre du jour de la séance d’avril. Mais le Comité exécutif exige aujourd'hui un délai additionnel. À ce stade-ci, on peut sincèrement se demander ce que la mairesse a à cacher pour être si peu transparente. », de conclure Xavier Léger.