450-679-1616 |   longueuilcitoyen@outlook.com
Blogue

Équilibre ou règlement de compte?

Équilibre ou règlement de compte?

Équilibre ou règlement de compte?

Le changement de dynamique opéré en juin au conseil municipal de Longueuil a occasionné plusieurs modifications dans la composition des commissions de la Ville et de différents conseils d’administration où siègent des élus. Et ce, le soir même du conseil alors que la mairesse présentait séance tenante plusieurs résolutions. Une pratique qu’elle et son équipe décriaient pourtant encore récemment.

Résultats des résolutions présentées et votées à la majorité? J’ai été dépouillé de toutes mes présences sur les commissions et conseils d’administration d’organismes de la Ville.

Série de «dénominations»

Si plusieurs nouveaux indépendants se sont vu attribuer des responsabilités additionnelles, j’ai vu les miennes réduites comme peau de chagrin. Comme j’ai indiqué au conseil du 11 juin, je ne suis pas amer. Je suis un peu déçu pour la petite politique qui transpire à chacune des «dénominations» présentées par la mairesse.

Ainsi, depuis le conseil du 4 juin, je ne suis plus membre :

  • Du conseil d’administration du Théâtre de la Ville et celui de la Fête du livre et de la lecture de Longueuil.
  • De la Commission des finances et des ressources humaines et des grands projets. En fait, la seule commission de Ville qui me restait comme élu. Je m’étais départi volontairement des autres commissions le 17 avril 2018 pour satisfaire certains élus maintenant indépendants. Ils trouvaient qu’ils n’avaient pas suffisamment de commissions.
  • J’ai également été chassé du conseil d’administration de la Société Rive et Parcs de Longueuil.
  • De plus j’ai été remplacé aussi comme membre du Comité de déneigement. Ce comité d’élus et de citoyens qui devait revoir les pratiques en matière de déneigement dans un contexte de changement climatique. Un comité dont j’avais proposé la création après novembre 2017 et que je pilotais jusqu’à tout récemment.

Les participations dans les conseils d’administration n’étant pas rémunérées, ma présence au sein de ceux-ci me permettait toutefois de participer pleinement au développement de ma communauté.

Bien loin du «rééquilibrage» des personnes

Candide, la mairesse évoquait au conseil de juin avoir procédé à un «rééquilibrage des personnes qui siègent au sein des commissions», démentant qu’il s’agissait d’une vendetta.

Une ligne répétée la semaine suivante par le directeur des communications au cabinet de la mairesse alors même que les élus de la nouvelle majorité tentaient de m’enlever mes dernières responsabilités au sein de l’arrondissement du Vieux-Longueuil : «Il y avait un équilibre à rétablir. Il y a eu des discussions avec les élus pour en venir à ces propositions. Il y avait une volonté de rebrasser les cartes.»

Si ce n’est que du conseiller Tommy Théberge qui s’est trompé au moment du vote, on m’aurait donc aussi enlevé, le 3 juillet dernier, mon siège au sein du conseil d’administration de la Corporation Vieux-Longueuil en fête, et celui au Comité consultation d’urbanisme du Vieux-Longueuil.

Tenteront-ils de nouveau le coup lors du prochain conseil d’arrondissement, le 20 août prochain? Pour citer de nouveau le porte-parole de la mairesse : «On ne peut pas présumer que ce sera exactement pareil, mais il y a de bonnes chances que ça revienne.»

Le fond des choses ne change pas

Entre vous et moi, pour reprendre une expression que vous connaissez probablement déjà, lorsqu’on « déshabille Pierre pour habiller Paul », et c’est ce que la mairesse a fait en m’enlevant toutes mes responsabilités additionnelles. On est bien loin du «rééquilibrage» claironné par la mairesse, et plus près de l’acharnement et du règlement de compte personnel.

Mais faut-il s’en surprendre pour autant? Déjà en juin 2018, la spécialiste des affaires municipales Danielle Pilette relevait la difficulté que semble avoir la mairesse de s’élever au-dessus de la mêlée : «L’opposition entre les personnes est futile et complètement nuisible, et actuellement, Mme Parent ne donne pas l’image de quelqu’un qui a l’élévation nécessaire pour occuper la fonction de mairesse.»

Les choses n’ont apparemment pas beaucoup changé depuis la dernière année.

Benoît L’Ecuyer